Le plafond de Sécurité sociale : définition et fonctionnement

Qu’est-ce que c’est le plafond de Sécurité sociale ?

Le plafond de Sécurité sociale est définit par l’Urssaf comme « le montant maximum des rémunérations ou gains à prendre en compte pour le calcul de certaines cotisations ». Ces cotisations sont :  la retraite complémentaire, l’assurance vieillesse, chômage, les IJSS, les indemnités de rupture du contrat, la contribution au Fnal, les chèques-vacances etc.

Le plafond de Sécurité sociale influence aussi le montant minimal de la gratification du stage.

Chaque année il est revalorisé par les pouvoirs publics selon l’évolution des salaires, en accord avec les règles prévues par le code de la Sécurité Sociale.

Plafond de Sécurité sociale 2018

En général, les gestionnaires de paye et les experts comptables utilisent le plafond mensuel mais celui-ci peut avoir plusieurs périodicités en fonction de la paye (mensuelle, trimestrielle, par quinzaine, etc..)

Au 1er janvier 2018, le plafond mensuel de la Sécurité sociale est fixé à 3 311 €. Par an, celui-ci se monte à 39 732 €, soit une hausse de 1,28 % par rapport au plafond de l’année précédente.

Voici ci-dessous le plafond de Sécurité sociale pour cette année, par périodicité.


AnnéeTrimestreMoisQuinzaineSemaineJourHeure*
39 732 €9 933 €3 311 €1 656 €764 €182 €25 €

*si durée de travail < à 5 heures

Plafond de Sécurité sociale en cas d’absence

A partir du 1er juillet 2018, le plafond de sécurité sociale doit être obligatoirement calculé en jours calendaires plutôt qu’en 30èmes (méthode en vigueur jusqu’au 1er janvier 2018 et tolérée jusqu’au 30 juin 2018). En cas d’absence, quelle qu’en ait été la cause (maladie, congé sans solde etc), le plafond est proratisé de la manière suivante :

(PSS entier*nombre jours d’absence du salarié dans le mois) / nombre de jours réels du mois

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *