Allongement du congé paternité

Afin de réduire les inégalités professionnelles entre les femmes et les hommes, l’IGAS (l’inspection générale des affaires sociales) propose l’allongement du congé paternité à près de 4 semaines, comme dans les autres payes de l’Union Européenne (Espagne, Autriche, Portugal). Voici les principales informations qui puissent impacter les entreprises du secteur privé.

congé paternité

CONGÉ PATERNITÉ : RAPPEL DES CONDITIONS

Le congé paternité et d’accueil de l’enfant a été mis en place en 2002, par Ségolène Royal. Actuellement la loi prévoit une durée de 14 jours au total, dans un délai de 4 mois après la naissance du bébé, reparties comme il suit :

  • 3 jours obligatoires après la naissance de l’enfant, rémunérés par l’employeur ;
  • 11 jours à prendre pendant les quatre premiers mois du bébé (18 jours en cas de naissances multiples), rémunérés par la caisse primaire d’assurance maladie (CPAM).

Malheureusement, ces 14 jours ne sont pas bien rémunérés, le salaire perçu ne pouvant pas dépasser le plafond mensuel de la CPAM, soit 3311 € pour 2018. Le montant des indemnités journalières (duquel la CPAM retire un taux forfaitaire de 21 %) est compris dans l’intervalle 9,29 € minimum et 86 € maximum.

LES PROPOSITIONS DE L’IGAS

L’IGAS propose dans son rapport « Évaluation du congé de paternité » l’allongement du congé de paternité et d’adoption (actuellement de 11 jours) à 21 jours, ainsi que du congé de naissance ou d’adoption de 3 à 5 jours. Ainsi, le lien entre le père et l’enfant sera amélioré et la répartition des tâches entre les deux parents sera aussi améliorée.

En général, dans  les entreprises françaises, le congé paternité ne fait pas l’objet de négociations collectives. L’accent est plutôt mis autour du maintien de salaire qu’à son allongement.

Toutefois, certaines sociétés proposent des conditions plus favorables concernant le congé paternel après la conclusion d’un accord d’entreprise . C’est par exemple le cas, d’Ikea qui  accorde 14 jours supplémentaires de congé paternité, indemnisés à 100 %.

Il reste à voir si les propositions de l’IGAS seront reprises dans un prochain projet de loi. Le congé paternité en France serait alors alignée sur le nouveau standard européen.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *